Journées de formations

16 février 2019

La prochaine journée de formations de la FPJQ se tiendra le samedi 16 février  2019 dans les locaux de l'Institut national de l'image et du son, situés au 301, boul. de Maisonneuve Est, à Montréal.

Membres de l'Assocation des journalistes indépendants du Québec et de l'Association des communicateurs scientifiques, appelez-nous pour profiter du tarif membre pour l'inscription aux formations : 514-522-6142.

S'inscrire

Journées de formations 2019 - Samedis d’apprendre

Journées de formations 2019 - Samedis d’apprendre

La prochaine journée de formations de la FPJQ se tiendra le samedi 16 février  2019 dans les locaux de l'Institut national de l'image et du son, situés au 301, boul. de Maisonneuve Est, à Montréal.

Membres de l'Assocation des journalistes indépendants du Québec et de l'Association des communicateurs scientifiques, appelez-nous pour profiter du tarif membre pour l'inscription aux formations : 514-522-6142.

De 9h30 à 12h 

 

Mieux vivre de ses piges

Avec Stéphane Desjardins  

Comment augmenter sa productivité comme journaliste pigiste? Quelles sont les technologies et les pratiques les plus efficaces pour maximiser son efficacité dans la gestion de son temps, ses revenus, sa recherche, ses documents, ses clients, sa fiscalité? Être plus efficace, ça permet d’avoir plus de temps pour trouver des clients. Et aussi pour ses loisirs!

Formation offerte en collaboration avec l’Association des journalistes indépendants du Québec.

Journaliste depuis 30 ans, Stéphane Desjardins est fondateur du réseau de médias hyperlocaux Pamplemousse.ca, à Montréal. Il est chroniqueur consommation et finances personnelles au Journal de Montréal / Journal de Québec. En plus de diriger de nombreuses publications, il a collaboré, à titre de journaliste pigiste, à une quarantaine de titres.

De 9h30 à 16h  

Le pupitre, l’art de faire rayonner la nouvelle

Avec Baptiste Barbe  

Régulièrement qualifié de « journaliste de l’ombre », le pupitreur est chargé d’un éventail de tâches qui varient selon son média. Derrière la traditionnelle mise en page, il y a un travail d’édition rigoureux et une pincée de fantaisie. La formation propose de partir de la base du métier – de l’édition de textes à la hiérarchisation des nouvelles – pour ensuite s’amuser à repérer ce qu’un lecteur remarque dans une page, à trouver des titres, à choisir des photos et à créer une une professionnelle.  

Après avoir fait ses gammes pendant deux ans au journal L’Exemplaire, à l’Université Laval, Baptiste Barbe est devenu, à 25 ans, chef de pupitre du quotidien Métro, à Montréal. Il en est depuis deux ans le directeur de l’information en soirée. Touche-à-tout, il réalise, entre autres, la Une du journal, supervise toutes les pages avant leur envoi à l’impression, gère les «dernière heure», pilote des projets éditoriaux, écrit des articles et forme les prochains pupitreurs.

De 9h30 à 16h  

 

Comment mieux écrire ce que vous avez à dire?

Avec Marie-Claude Lavallée 

Bien s’exprimer en public, que ce soit à la télévision, à la radio ou simplement devant ses pairs, n’est pas aussi simple qu’il y paraît. La meilleure façon d’y arriver, c’est d’écrire le reportage ou le discours en langue parlée et non en langue littéraire. Marie-Claude Lavallée a passé quatre ans de sa vie, à Radio-Canada, à enseigner cette écriture « parlée » aux journalistes de tout le pays. C’est une passion pour elle. Ce le sera pour vous après cette formation ! 

 

Marie-Claude Lavallée est bien connue du public de Radio-Canada où elle s’est illustrée pendant plus de 30 ans dans une grande variété d’émissions dont Entrée des Artistes et les Rendez-Vous de Marie-Claude, sans oublier l’émission RDI Santé. Tout au long de ces années à RDI, elle a présenté des téléjournaux. Il y a trois ans, Marie-Claude quittait la SRC pour devenir pigiste. On la retrouve dorénavant au micro du 98,5. Elle anime aussi de nombreux colloques et événements en plus de donner des formations à ceux qui veulent améliorer leurs performances en public.

De 13h30 à 16h  

 
 

«Vulga-rire-ser»: l’humour pour expliquer le compliqué

Avec Arianne Maynard-Turcotte

L’humour est un instrument puissant : il fait tomber les barrières idéologiques et rejoint facilement un large public. Dans cette optique, cet atelier vise à donner des outils aux auteurs et aux rédacteurs qui souhaitent « vulga-rire-ser » leur savoir. Les participants apprendront et mettront en pratique différents procédés humoristiques de base qui pourront leur servir dans leurs rédactions futures.  

Formation présentée en collaboration avec l’Association des communicateurs scientifiques.

Récemment diplômée du programme d’écriture humoristique de l’École nationale de l’humour, Arianne Maynard-Turcotte n’a pas chômé depuis sa graduation. Après avoir travaillé sur le 33e Gala des prix Gémeaux, elle est devenue idéatrice sur une quotidienne à Radio-Canada. En ce moment, Arianne développe plusieurs projets de fiction et collabore fréquemment avec des humoristes pour leurs textes. Ancienne enseignante au secondaire, Arianne a toujours utilisé l’humour dans sa pédagogie, la seule différence, c’est qu’elle en fait désormais son métier !