Nouvelles

Découvrez les élus au conseil d'administration

Actualités - Image d'intro
Il y avait sept postes à combler au conseil d’administration de la FPJQ et sept candidats ont posé leur candidature. Tous les candidats ont donc été élus sans opposition, ce qui a ainsi évité la tenue d’un vote.  

Cette nouvelle équipe sera particulièrement expérimentée, puisque presque tous les élus ont déjà siégé au conseil, que ce soit dans les derniers mois ou les dernières années. Carl Vaillancourt est le seul à entamer un premier mandat. Le comité exécutif, composé de Stéphane Giroux, Jean-Thomas Léveillé et Valérie Gaudreau, amorce par ailleurs sa troisième année comme équipe dirigeante.   

Le nouveau CA entamera son mandat après l’assemblée générale qui se tiendra le 25 novembre, à 10h30, à la salle Palais de l’hôtel Hilton, à Québec.  

Félicitations à tous et (re)bienvenue dans l’équipe ! 

Voici donc les membres du conseil d’administration de la FPJQ, élus pour un mandat de deux ans.  

Jean-Thomas Léveillé, vice-président

Journaliste à La Presse et vice-président de la FPJQ depuis 2014  

« Il faut mettre la pression sur ceux qui nous dirigent pour que notre société soit transparente, pour que nos lois sur l’accès à l’information soient efficaces, pour que les administrations municipales cessent de brimer le droit à l’information de leurs électeurs en mettant des bâtons dans les roues des journalistes, pour que cesse l’hémorragie dans les médias écrits parce qu’on laisse des entreprises étrangères détruire impunément leur modèle d’affaires, dans un combat à armes inégales. Ça, c’est le rôle de la FPJQ. »

 

Valérie Gaudreau, secrétaire-trésorière 

Rédactrice en chef du Soleil, secrétaire-trésorière de la FPJQ depuis 2016 et administratrice depuis 2012 

« Pourquoi continuer ? Parce que le monde du journalisme a plus que jamais besoin de la FPJQ pour se serrer les coudes, défendre nos intérêts, faire front commun devant des enjeux qui dépassent notre travail quotidien dans une salle de presse. Beaucoup a été fait à la FPJQ ces dernières années. Des prises de position importantes sur la protection des sources, la transparence des organismes publics, l’accès à l’information ont fait réagir, ont animé le débat et ont prouvé le rôle essentiel de la Fédération.
[…] Mais beaucoup reste aussi à faire. » 

 

André Gagné, administrateur 

Chef de pupitre à TVA et administrateur de la FPJQ depuis 2018

« Les difficultés éprouvées par les médias et par tout le milieu journalistique au cours des dernières années sont très profondes et ébranlent les fondements mêmes de la profession. Il est urgent et essentiel de réagir et de cibler des mesures qui permettront de renverser la tendance et de rétablir une certaine stabilité dans le milieu, pour le bien de notre société en général. » 

 

Benoîte Labrosse, administratrice 

Journaliste indépendante et secrétaire-trésorière de la FPJQ de 2011 à 2016 

« Pigiste qui œuvre surtout dans les journaux et les magazines, j’ai particulièrement à cœur les enjeux entourant la précarité et les dilemmes éthiques qu’elle entraîne, ainsi que l’éducation aux médias. Sans oublier le journalisme international, que j’ai pratiqué à quelques reprises en Afrique subsaharienne. J’ai pu y constater que nous sommes chanceux de jouir d’une telle liberté de la presse — même imparfaite — et prendre conscience qu’il ne faut surtout pas arrêter de se mobiliser pour conserver nos précieux acquis ! » 

 

Michaël Nguyen, administrateur 

Journaliste judiciaire au Journal de Montréal et administrateur de la FPJQ depuis 2016 

« Je plaide régulièrement auprès des intervenants du système de justice afin de démystifier notre profession et de faciliter notre travail. Ces ponts, je souhaite continuer à les construire. Nous devons nous retrousser les manches pour offrir à nos lecteurs et auditeurs une information de qualité à laquelle ils s’attendent et surtout qu’ils méritent. »

 

Pierre St-Arnaud, administrateur  

Journaliste à La Presse canadienne et administrateur de la FPJQ depuis 2014 

« Jamais l’information professionnelle n’a subi un tel assaut : financier, en raison des pertes de revenu aux mains des géants du Web que les gouvernements refusent de discipliner et de taxer ; idéologique, avec les politiciens de plus en plus nombreux – et maintenant au Canada – qui lancent le terme « fake news » dès que les faits ne font pas leur affaire ; et professionnel, avec la prolifération, justement, de véritables fausses nouvelles qui contribuent à miner notre crédibilité en semant la confusion entre le vrai et le faux. La FPJQ fait partie des rares remparts visant à défendre la presse, et je crois fermement en la nécessité d’utiliser ce rempart pour contrer ces assauts multiples. » 

 

 

Carl Vaillancourt, administrateur région 

Journaliste à CIMT Nouvelles à Rivière-du-Loup

« En 18 mois de carrière, j’ai eu la chance de couvrir l’actualité régionale dans le Bas-Saint-Laurent, la Gaspésie, la Montérégie et l’Estrie. Le constat est clair. Les membres de la FPJQ ont besoin d’une voix forte qui peut résonner dans les régions pour défendre l’intérêt de ses journalistes. »

 

 

Ces élus se joignent au président Stéphane Giroux et aux administrateurs Dominique Cambron-Goulet, Marie Lambert-Chan, Alain Goupil, Marie-Ève Martel et Eve Beaudin, qui poursuivent leur mandat jusqu’en novembre 2019.  

L’équipe de la FPJQ tient aussi à remercier Naël Shiab, journaliste de données à Radio-Canada, qui termine son mandat d’administrateur et qui a décidé de se concentrer sur de nouveaux projets. Naël a notamment été à la tête du comité organisateur des deux derniers congrès. Merci pour tout, Naël ! 

 

Retour à la liste des nouvelles