Prises de position de la FPJQ

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec défend la liberté de presse et le droit public à l’information. Elle intervient chaque fois que la liberté de presse est menacée. Elle fait entendre la voix des journalistes partout où c’est nécessaire, dans les commissions parlementaires, devant le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), dans les conseils municipaux, auprès des juges, de la police et des organismes publics dont les politiques de communication entravent le travail des journalistes.

« La FPJQ s’est battue pour la liberté de la presse. Elle est derrière nous tous les jours. Et elle doit le demeurer. C’est pour ça que j’ai ma carte. »

Antoine Trépanier

Journaliste à Radio-Canada Ottawa/Gatineau, arrêté le 13 mars 2018 pour harcèlement criminel alors qu'il tentait d’obtenir une entrevue avec une intervenante.


Voici les prises de position de la FPJQ.

Les journalistes doivent pouvoir assister aux rencontres d'information sur les inondations

La FPJQ appelle les municipalités aux prises avec des inondations printanières, notamment en Beauce, à permettre aux journalistes d’assister aux rencontres d’information citoyennes qui se déroulent ces jours-ci sur leur territoire.

Ces derniers jours, des rencontres ont eu lieu dans quelques municipalités avec des représentants du ministère de la Sécurité publique dans le but d’informer les citoyens du programme d’aide aux sinistrés du gouvernement du Québec.

 

Or, les autorités municipales ont interdit aux journalistes d'assister à ces rencontres, notamment à Beauceville et Vallée-Jonction. La municipalité de Sainte-Marie a annoncé la semaine dernière cette même décision en prévision de sa rencontre d’information prévue aujourd’hui.

 

La FPJQ estime que la présence de journalistes à ces rencontres est essentielle pour informer les sinistrés sur la situation en cours, comprendre leurs préoccupations et les réponses qui leur sont offertes. Cette présence est d'autant plus nécessaire que les sinistrés n'ont pas tous le loisir d'assister à ces rencontres et ont droit d'être informés sur ce qui s'y dit.

 

Depuis le début de ces inondations sans précédent, les journalistes de tous les médias se sont efforcés de livrer de l’information dans le meilleur intérêt du public. Les municipalités touchées ont très bien collaboré jusqu’ici et la FPJQ les enjoint à poursuivre dans cette direction en ouvrant la porte des rencontres d’informations aux journalistes.

 

Il en va de la qualité et de la profondeur de la couverture médiatique, ainsi que du droit du public à l'information.

transparencegouvernementmunicipalité
Retour à la liste des nouvelles