Participez au prix Judith-Jasmin Participez au prix Antoine-Desilets

Prix Judith-Jasmin

Édition 2018

S'inscrire

Période de mise en candidature: du 7 janvier 2019 au 8 février 2019 à midi.

Remise des prix: Gala des Grands prix du journalisme, 5 mai 2019

Catégories

  • Meilleur reportage, catégorie « Arts, Culture et Art de vivre »
  • Meilleur reportage, catégorie « Sports »
  • Meilleur reportage, catégorie « Justice et Faits divers »
  • Meilleur reportage, catégorie « Affaires et Économie »
  • Meilleur reportage, catégorie « Sciences, Environnement et Société »
  • Meilleur reportage, catégorie « Politique »
  • Meilleur reportage, catégorie « Enquête »
  • Meilleur reportage, catégorie « Médias locaux et régionaux »
  • Meilleur grand reportage
  • Meilleur texte d’opinion
  • Grand Prix du jury *

*Le président du Grand Jury choisit le lauréat du Grand prix parmi tous les finalistes. Un lauréat peut remporter un prix dans une catégorie, en plus du Grand prix.
 

Définitions des catégories

Meilleur reportage, catégorie « Arts, Culture et Art de vivre »
Cette catégorie comprend tout reportage qui fait état de l’actualité culturelle, comptes rendus de spectacle, d’exposition, etc. et ce, dans tous les domaines artistiques, les portraits d’artistes, ainsi que les reportages de service, qui s’adressent aux consommateurs et qui traitent de gastronomie, de mode, d’architecture, de design, de voyage, de tourisme, etc. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux.
 

Meilleur reportage, catégorie « Sports »
Cette catégorie comprend tout reportage relatant les nouvelles sportives, des portraits d’athlète ou d’équipes, des comptes rendus ou analyses de match, que ce soit concernant le sport amateur ou professionnel. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux.
 

Meilleur reportage, catégorie « Justice et Faits divers »
Cette catégorie comprend tout reportage rapportant un fait divers, les comptes rendus des affaires judiciaires, lors de procès ou autrement, des entrevues ou portraits de magistrats, de policiers, d’avocats, de victimes ou de criminels, etc. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Meilleur reportage, catégorie « Affaires et Économie »
Cette catégorie comprend tout reportage économique, que ce soit des portraits d'entrepreneurs ou d'entreprises, des actualités économiques, des analyses financières sur des sujets comme les finances personnelles, l’immobilier, les nouvelles technologies, la croissance économique, etc. On peut retrouver dans cette catégorie toute nouvelle traitant d’autres sujets si elles sont présentées sous un angle économique.  Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Meilleur reportage, catégorie « Sciences, Environnement et Société »
Cette catégorie comprend tout reportage traitant de tous les aspects de la science au sens large, de toute nouvelle qui se rapporte à l’environnement, à la santé, à l’éducation et aux grandes questions et tendances sociales, par exemple l’aide médicale à mourir, l’immigration, les revendications des différents groupes de pression, etc. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Meilleur reportage, catégorie « Politique »
Cette catégorie comprend tout reportage qui traite de politique municipale, provinciale, fédérale, ou internationale, de couverture électorale, de débats, des entrevues ou portraits de politiciens ou de hauts fonctionnaires, ainsi que la couverture des décisions politiques, et leur impact sur la population. 


Meilleur reportage, catégorie « Enquête »
Cette catégorie comprend tout reportage considéré comme un dossier de fond, qui a nécessité des recherches approfondies, sur une longue période et qui fait appel à plusieurs sources. L’enquête est un genre journalistique qui vise généralement à faire des révélations à la population sur des sujets d’intérêt public. L’enquête exige parfois l’utilisation de moyens clandestins. Les sujets d’enquête peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux.  


Meilleur reportage, catégorie « Médias locaux et régionaux »
Cette catégorie comprend tout reportage produit par un média local ou régional. La nouvelle elle-même peut être internationale, nationale, régionale ou locale pour peu qu’elle ait été produite par un média local ou régional. 


Meilleur grand reportage
Cette catégorie comprend tout reportage de grande envergure, au pays ou à l’étranger. Le grand reportage est un genre journalistique qui permet de mettre en évidence le travail de terrain qui mène à la découverte de faits de société qui échappent au flot quotidien des nouvelles ou des crises qui font l’événement.


Meilleur texte d'opinion
Cette catégorie comprend les éditoriaux, les chroniques, les billets, les commentaires, les analyses et les caricatures. Les sujets peuvent être locaux, régionaux, nationaux ou internationaux. 


Grand Prix
Le Grand Prix récompense LE reportage de l’année au Québec. C’est celui qui a marqué les esprits, alimenté les conversations et fait bouger les choses, que ce soit dans une petite communauté, dans l’ensemble de la province, du pays, ou sur la scène internationale. Le reportage peut avoir été diffusé dans tout type de média. Le président du Grand Jury choisit le lauréat du Grand Prix parmi tous les finalistes. Un lauréat peut remporter un prix dans une catégorie, en plus du Grand Prix.

 

Conditions de participation

  • Être membre de la FPJQ. Toutes les personnes dont le nom figure sur le formulaire de mise en candidature doivent être membres. Devenir membre.
  • Les oeuvres doivent avoir été publiées ou diffusées par une entreprise de presse reconnue par la FPJQ entre le 1er septembre 2017 et le 31 décembre 2018.
  • Les dossiers complets de candidature doivent être remplis en ligne entre le 7 janvier 2019 au 8 février 2019 à midi. Les dossiers incomplets ou remis en retard seront refusés.
  • Un membre du conseil d'administration de la FPJQ n'est pas autorisé à poser sa candidature.
     

Jurys

Un Premier Jury et un Grand Jury sont formés pour choisir les finalistes et lauréats de toutes les catégories.

Le Premier Jury est formé de cinq jurés qui devront identifier entre 5 et 10 reportages par catégorie, qui seront soumis au Grand Jury.

Le Grand Jury est formé de deux jurés et du président, qui devront choisir trois finalistes et un lauréat dans chaque catégorie.

Rôle du président du Grand Jury:

  • Veiller à ce que les candidatures respectent les conditions de participation ;
  • Veiller à ce que les jurés aient toute l'information requise pour procéder au choix des finalistes et lauréats ;
  • Informer les jurés des règlements et veiller à leur bonne compréhension ;
  • Veiller à ce que les jurés remplissent de façon adéquate la grille d'analyse, dans le choix des finalistes et lauréats ;
  • Veiller à ce que les jurés échappent à toute forme de conflit d'intérêt ou d'apparence de conflit d'intérêts ;
  • Veiller à ce que les jurés fassent des choix de façon impartiale ;
  • Aviser l'équipe de la FPJQ du choix des finalistes et des lauréats.

 

Un jury peut changer un reportage de catégorie, s'il le juge approprié.
 

Un journaliste peut soumettre jusqu'à sept reportages. Une série de reportages est considérée comme un reportage. Les reportages en français et en anglais peuvent être soumis.

Coût de l'inscription: 35 $ + taxes par reportage soumis.

Valeur du prix Judith-Jasmin, pour toutes les catégories : 500$.

Valeur du Grand prix : 2 000$.
 

*Le masculin n'est employé que pour simplifier le texte.

Grille d'évaluation.

S'inscrire

 

Judith Jasmin est la première femme grand reporter au Québec.

Judith Jasmin a entrepris sa carrière en information au Service international de Radio-Canada vers la fin des années 40. C’est là qu’elle rencontre René Lévesque avec qui elle animera, notamment, l’émission radiophonique Carrefour. En 1953, elle entre au Service des nouvelles télé et se distingue dans des émissions telles que Reportage et Conférence de presse

En 1966, elle est nommée correspondante de Radio-Canada aux Nations Unies, puis à Washington. Elle rentre à Montréal en 1970 où elle poursuit son travail de reporter aux nouvelles puis aux affaires publiques. La maladie l’emportera en 1972.

Après son décès, Solange Chaput-Rolland, présidente du Cercle des femmes journalistes, décide de créer un prix à sa mémoire. Pour sa première année, en 1975, le concours s’adresse aux journalistes francophones du Québec et de la région d’Ottawa. Et comme le premier concours se tient en 1975, Année Internationale de la Femme, exceptionnellement, seules les femmes journalistes y sont admissibles.

En 1993, la Fondation du Cercle des femmes journalistes a cédé l'organisation du prix à la FPJQ.

Le prix Judith-Jasmin honore les meilleures œuvres journalistiques de l’année.

Gagnants du prix Judith-Jasmin - 2013

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec a dévoilé lors de son congrès annuel aujourd’hui à Québec les lauréats du prestigieux prix Judith-Jasmin. Ce prix honore les meilleures oeuvres journalistiques de l’année au Québec, tous médias confondus.

Récipiendaires 2013

 

Grand Prix Judith-Jasmin

Alec Castonguay pour son portrait remarquable de Jason Kenney «Jason, le missionnaire de Harper» paru dans L’actualité.

 

Catégorie Enquête

Sylvie Fournier, Sonia Desmarais et Benoit Michaud pour leur enquête «Force policière» diffusée à Radio-Canada.

 

Catégorie Grand reportage

Isabelle Hachey pour son reportage «La guerre aux fillettes» paru dans La Presse+

 

Catégorie Nouvelles - médias nationaux

Isabelle Hachey pour son reportage «Le bouchon saute à Bordeaux» paru dans La Presse.

 

Catégorie Nouvelles - médias locaux et régionaux.

Rémi Tremblay pour son reportage «La ville des âmes en peine» paru dans L’Écho de Frontenac.

 

Catégorie Opinion

Mylène Moisan pour sa chronique «Treize minutes de trop» parue dans Le Soleil.

 

Catégorie Journalisme de service

Stéphanie Grammond pour son reportage «La nouvelle mode des maisons hypothéquées à 125%» publié dans La Presse.

 

Catégorie Entrevue ou portrait

Sylvain Cormier pour son entrevue «La première fin de Richard Desjardins» publiée dans Le Devoir.

 

Prix Hommage

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec a décerné le prix Judith-Jasmin Hommage à Michel Auger.

 

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Mots du jury à l'endroit des récipiendaires

 

Grand Prix Judith-Jasmin

Alec Castonguay a eu la bonne idée de faire le portrait d’un politicien influent, longtemps avant une campagne électorale et en dehors de l’atmosphère partisane. Les jours qu’il a passés sur le terrain avec le ministre Jason Kenney nous ont permis de découvrir l’homme derrière le politicien

Ce portrait, remarquablement écrit, nous montre jusqu’où le politicien est prêt à aller pour tisser sa toile autour des communautés immigrantes et ainsi faire triompher le conservatisme social pour changer la face de ce pays.

Pour la qualité et la rigueur de la recherche, la profondeur du propos ainsi que la qualité de la langue, le jury a donc choisi d’accorder le Grand Prix Judith-Jasmin à Alec Castonguay.

Le jury était formé d’anciens présidents et présidentes de la FPJQ.

 

Catégorie Enquête

Jurés: Sophie Cousineau, correspondante en chef pour le Québec du Globe & Mail, Stéphan Dussault, journaliste au Journal de Montréal et Pierre Sormany, éditeur et directeur général de Vélo Québec Éditions.

Le jury a été séduit par la déconstruction minutieuse des déclarations des autorités policières au sujet de la grande manifestation étudiante qui a eu lieu pendant le congrès du Parti libéral à Victoriaville. La distance des tirs, les méthodes utilisées, les preuves des différents angles des vidéos filmées ce jour-là, Sylvie Fournier a vérifié chaque fait avec une grande rigueur pour donner au téléspectateur un éclairage différent des techniques de contrôle des manifestants.

 

Catégorie Grand reportage

Jurés:  Yves Bernard, journaliste et réalisateur à Telimagin, Raymond Lemieux, rédacteur en chef de Québec Science et Marie-Hélène Proulx, journaliste à Châtelaine.

La guerre aux fillettes, qui traite de l’élimination volontaire des foetus féminins particulièrement en Inde et en Chine est un grand reportage dans le sens le plus noble des mots car non seulement il s’agit d’un traitement en profondeur, mais il constitue un des mariages les plus riches et réussis de la vidéo, de l’infographie et du texte.

Il s’agit d’un reportage très troublant, bouleversant, qui est à la fois annonciateur d’une réalité qu’on ne voit pas venir, qui illustre les impacts politiques et économiques de ce drame humain et qui touche autant à la condition féminine que masculine. On parle de 200 millions de filles qui manquent aujourd’hui à l’appel dans le monde.

Les membres du jury ont reconnu la qualité de la recherche et deviné le haut niveau de difficulté que cette enquête a dû nécessiter. Les témoignages sont percutants et en même temps sensibles dans leur traitement. À ce chapitre, nous tenons à souligner que les entrevues vidéos appuient magnifiquement le propos, une caméra qui accompagne sans tomber dans le voyeurisme.

 

Catégorie Nouvelles - médias nationaux

Jurés:  Richard Bousquet, chargé de cours à l’UQAM, Marcel Gagnon, journaliste à TVA et Linda Gyulai, journaliste à The Gazette.

Le jury note que la journaliste a effectué un travail de recherche et de cueillette de données fouillé. Elle a examiné le sujet sous tous les angles, pénétrant même dans le pénitencier de Bordeaux. Elle rend compte de tous les points de vue possibles soit ceux du système de justice, des politiciens, des gardiens et des détenus. Le sujet est original, la démarche est réfléchie, le résultat est bien écrit et bien dosé. Il apporte une réflexion sur un problème qui a un impact social indéniable.

 

Catégorie Nouvelles - médias locaux et régionaux

Jurés: Hugo De Grandpré, journaliste, La Presse, Richard Olivier, journaliste à TVA et Patrick White, rédacteur en chef et éditeur au Huffington Post Québec.

Pour le jury, ce texte écrit par un témoin privilégié de la dévastation du centre-ville de Lac-Mégantic fait preuve d’une forte humanité. Par sa connaissance intime des lieux, Rémi Tremblay nous emmène au cœur de la tragédie. C’est un compte-rendu poignant et vivant, fruit d’un travail exemplaire effectué sur le vif, dans un contexte de crise.

 

Catégorie Opinion

Jurés: Michel Girard, chroniqueur à TVA, Philippe Marcoux, journaliste à Radio-Canada et Marian Scott, journaliste à The Gazette.

Pour le jury, ce texte est particulièrement bien ficelé, à la fois très émouvant dans sa description des conditions de vie d’une jeune femme lourdement handicapée placée dans un CHSLD, et sans merci dans sa dénonciation du système bureaucratique qui l’a placée là. C’est aussi un texte qui a eu un véritable impact sur la vie d’une personne et peut-être sur celle de nombreuses autres.

 

Catégorie Journalisme de service

Jurés: Kenza Bennis, responsable de la Section société & cuisine à Elle Québec, Josée Boileau, rédactrice en chef du Devoir et Étienne Phénix, adjoint au directeur de l’information (radio) Québec de Bell Média.

Quand il a lu cet article, le jury s’est dit: « Comment ça se fait que nous ne soyons pas au courant de ce type d’hypothèque?! » Non seulement cet article traite d’un sujet méconnu, qui touche un grand public, mais il est complet, bien écrit et comporte des renseignements pratiques fort utiles pour les gens qui contractent une hypothèque.

 

Catégorie Entrevue ou portrait

Jurés:  Louise Gendron, rédactrice en chef Reportages de Châtelaine, Danielle Laurin, journaliste et Yannick Villedieu, animateur à Radio-Canada.

Pour le jury, l’entrevue de Sylvain Cormier avec Richard Desjardins nous fait entrer par le trou de la serrure dans un temps suspendu. Entre cette phrase du début « On a-tu encore de quoi à se dire? » et la chute de l’article « Je ferme l’enregistreuse. Plus rien à dire », nous sommes là, entre eux deux, le journaliste et l’artiste. Nous entendons Richard Desjardins dans ses mots, dans sa langue colorée, nous l’entendons penser, réfléchir, nous le voyons réagir, rire, se taire, tandis que défile en accéléré sa carrière. C’est dense et ramassé, concret et imagé. Un petit bijou d’entrevue.

 

Brève présentation du récipiendaire du Prix Hommage

Michel Auger a commencé sa carrière au Nouvelliste de Trois-Rivières en 1964. Il a ensuite travaillé pour le journal Montréal Matin, pour La Presse de 1968 à 1979 et pour l’émission The Fifth Estate de CBC de 1979 à 1984.

Il devient alors journaliste au Journal de Montréal où il couvre le crime organisé pendant de nombreuses années. Le 13 septembre 2000, un tireur embusqué l’atteint de 6 projectiles dans le stationnement du Journal mais il survit. Une marche de centaines de journalistes, co-organisée par la FPJQ, avait manifesté son soutien au journaliste gravement blessé pour avoir fait son travail.

Le prix Judith-Jasmin Hommage, qui honore l’ensemble d’une carrière journalistique, a été remis lors de la soirée de gala du congrès de la FPJQ le 23 novembre 2013 au Château Frontenac de Québec.

La FPJQ remercie grandement le journaliste monteur Frédéric Poirier du Journal de Montréal qui a réalisé cette vidéo, ainsi que le Journal de Montréal qui a permis à cette vidéo de voir le jour.

 

 

Retour à la liste des nouvelles